Jef Aerosol – Arromanches

Quel que soit la cause de nos douleurs, il nous faut vivre avec. Pourquoi nous souffrons ? Comment réagissons-nous à cette douleur ? Comment peut-on vivre autrement ?

L’enquête CSA pour Sanofi sur « Les Français et la douleur » réalisée en septembre 2014 révèle que 92 % des français interrogés ont souffert d’une douleur de courte durée ou persistante au cours des 12 derniers mois. Le mal de dos caracole en tête (67 %), suivit de près par le mal de tête (62 %)… Les maux de notre siècle, de notre ère. Alors en cette journée mondiale contre la douleur, peut-être pourrions-nous éclaircir certains aspects.

D’abord à quoi sert cette douleur ?

Elle est indispensable à notre corps pour nous alerter sur un dysfonctionnement, une lésion corporelle : c’est notre cri d’alarme ! Mais le monde médical a commencé à s’y intéressé uniquement depuis 1975.

L’International association for the study of pain, egroupe tous les médecins et chercheurs spécialistes de la douleur. Cette association décrit la douleur comme une « expérience sensorielle et émotionnelle désagréable en lien avec une lésion tissulaire réelle ou potentielle ». Effectivement, cette douleur va provoquer une sensation corporelle qui va nous alerter et une émotion.

Lorsque nous sommes brusquement blessés, comme par exemple quand on se prend le petit orteil dans la porte…. Je suis sûre que vous ressentez déjà la douleur et vous vérifiez que votre orteil va bien, non ? 😉

Au moment où l’orteil percute la porte, un signal électrique remonte jusqu’à la moelle épinière, où il est analysé. La moelle épinière peut déclencher une réaction réflexe qui va éloigner le pied de la porte avant même qu’il y ait une sensation de douleur. On parle alors d’arc réflexe.
La moelle épinière peut aussi encoder le message et le transmettre au cerveau pour interprétation.
Certaines zones du cerveau vont s’activer, comme les zones de l’attention, les zones de l’émotion responsables de la sensation désagréable, ou les zones de la mémoire. Ces dernières zones cherchent si nous avons déjà été confronté à une douleur identique. La zone de l’amygdale (qui gère les émotions) est aussi très active dans la gestion de la douleur. Elle a aussi un rôle important pour réagir au stress, à l’anxiété, ou dans la concentration. De ce fait, il n’est pas étonnant que selon le contexte ou le vécu de la personne, que le ressenti de la douleur soit amplifié ou réduit.

Durée, fréquence ou intensité de la douleur … Aïe aïe aïe

Quand la durée, la fréquence ou l’intensité de la douleur change, cela aura forcément un impact sur notre perception de cette douleur… Et cela peut vite devenir un calvaire en entreprise.
En effet, une douleur chronique va avoir une influence sur notre capacité à récupérer, notre fatigue, sur la distance naturelle que nous mettons face à certains évènements. Avec cette douleur, ce recul diminue et notre stress quotidien augmente. S’ajoute à cela, une baisse de notre estime puisque nous nous sentons moins résistant qu’avant, moins productif, moins motivé… cela peut vite se transformer en enfer.

Pour inverser ce processus, certaines pistes s’ouvrent à travers différentes recherches

En juillet 2019, l’Inserm retrace les recherches équipe Inserm du Centre de recherche en neurosciences de Lyon. « La reconnaissance de la souffrance, l’empathie peut diminuer la douleur » explique Camille Fauchon, chercheur au sein de l’équipe d’intégration centrale de la douleur chez l’Homme (NeuroPain) du Centre de recherche en neurosciences de Lyon (Lyon/Saint-Etienne)

«  La reconnaissance de la souffrance, l’empathie peut diminuer la
douleur »
, explique Camille Fauchon, chercheur au sein de l’équipe d’intégration centrale de la douleur chez l’Homme (NeuroPain) du Centre de recherche en neurosciences de Lyon (Lyon/Saint-Etienne).
En effet, c’est ce phénomène que ce scientifique et son équipe ont souhaité décrypter. Les résultats de cette première expérience sont fabuleux. Les phrases empathiques diminuent la douleur ressentie d’environ 12%. « C’est tout à fait significatif : certains médicaments ne font pas mieux » insiste Camille Fauchon.

L’effet de notre cerveau sur cette douleur

A travers ces études, nous comprenons plus facilement comment notre cerveau peut avoir un effet sur cette douleur. Notre besoin de penser et de percevoir des sensations agréables, de nous recentrer sur nous, d’être à l’écoute nous permet de laisser libre court à nos émotions positives.

C’est dans ce cadre, que, tout comme la méditation de pleine conscience et l’hypnose, la sophrologie a un intérêt grandissant. L’idée n’est pas de supprimer la cause de la douleur, mais de modifier le ressenti. De pouvoir s’appuyer sur d’autres axes du corps, d’autre sensations et différentes émotions positives, afin de réduire la perception de la douleur.
Etant donné que la sophrologie nous aide à réguler nos émotions, notre stress, elle va nous éviter de basculer en mode de cognition automatique et nous allons pouvoir mettre de la distance face à ces processus automatiques. Elle va également nous aider à détendre notre corps, ce qui va naturellement diminuer la perception de la douleur.
De ce fait, en se reconnectant à nous-même, grâce à la respiration, à des mouvements doux et des projections mentales, nous reprenons possession de notre corps et de nos sensations.

Il existe un parallèle assez flagrant entre notre capacité à gérer nos douleurs et celle à gérer notre stress, notamment dans le monde du travail… les schémas neuronaux sont assez proches.

Vous avez envie de tester ?

Pour en savoir plus :
La sophrologie et la douleur
Qu’est-ce que la sophrologie ?
La sophrologie en entreprise

Sources :
Inserm – Juillet 2019 : https://www.inserm.fr/actualites-et-evenements/actualites/douleur-comment-empathie-soulage.
Société Française d’Étude et de Traitement de la Douleur (SFETD) – Livre blanc de la douleur 2017 : http://www.sfetd-douleur.org/sites/default/files/u3349/Livres/livre_blanc-2017-10-24.pdf
Sophro actu – octobre 2018 : https://www.sophrologie-actualite.fr/etude-sophrologie-fibromyalgie/ .
Emotional Awareness and Expression Therapy for Fibromyalgia Pain – Septembre 2017 – https://www.painweek.org/media/news/emotional-awareness-and-expression-therapy-fibromyalgia-pain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.